Clément Denis, Anatomie de l’Exode

La LMS Gallery de Bruxelles propose le second solo show de l’artiste français Clément Denis, ‘Anatomie de l’Exode ’. A voir jusqu’au 06 octobre 2018.

En tout, ce sont une quinzaine de toiles – dont beaucoup de grands formats – qui sont accrochées aux cimaises de la LMS Gallery. Clément Denis y continue une exploration de la corporalité avec ses grands rassemblements de personnes et son approche tant esthétique que sociale. Sur ses grands formats se jouent la double –expression de corps en pleine liberté ou de ceux confinés et réunis par l’exode.

Clément Denis, Anatomie de l’Exode

Ce jeune peintre français a déjà tout d’un grand et s’impose depuis dix ans comme une des figures montantes de la peinture contemporaine. Ce nouveau solo show, ‘Anatomie de l’exode » est une invitation au voyage au plus profond de la condition humaine.
On retrouve dans sa peinture, ses thèmes de prédilection comme l’errance, l’identité et la solitude des hommes, un travail qu’il a déjà initié dans ses expositions précédentes.

« No Man’s Land », exposé à la LMS Gallery en 2017, interrogeait déjà la notion de solitude en collectivité, du ‘Que se passe-t-il lorsque des individus se retrouvent ensemble alors qu’ils ne se connaissent pas ? ‘.
« Winter is coming », plongeait le spectateur dans les exodes provoqués par le réchauffement climatique, soulignant le double danger qui guette l’humain : celui de rester et celui de partir.
« Cartographie de l’exode » abordait le thème de l’exile et des restes d’une identité que l’on laisse derrière soi.
‘Anatomie de l’Exode’, est la nouvelle série qui clôture un cycle.

Clément Denis, un style

Formé aux Beaux-Arts de Paris, Clément Denis est un artiste qui peint comme on crie, dans l’énergie et le jaillissement ; balafrant la toile de ses doigts qui la strient de couleurs, appliquées ‘brut’.
Une toile qu’il travaille au corps à corps. Dans cette énergie de l’instant, l’artiste retransmet sa vision du monde qui l’entoure, utilisant ses mains, ses paumes, ses doigts, pour révéler des visages et des corps figés ou en mouvement, contraints par un environnement parfois hostile, nouveau, inquiétant, leur transmettant toute la vivacité de sa propre gestuelle. Une peinture qui de l’abstrait crée la figuration, où l’image naît d’une confrontation physique avec les matériaux, d’un acte de peindre qui devient presque performatif. Sitôt apparue, l’image est balayée d’un geste, d’un revers de main, du bout des doigts, d’un coup de brosse ou de spatule, d’un frottement de chiffon. Moment où la matérialité laisse place au mystère.

Le vide reste presque le grand absent des compositions picturales de Clément Denis. Sur ses vastes étendues, corps et visages occupent l’espace, un espace ou on s’aventure à reconnaître parfois des références de l’histoire de l’art ; comme les baigneuses alanguies des peintres Modernes, les personnages à la Munch, à la Schiele, ou encore, les corps en bataille du Radeau de la Méduse de Théodore Géricault. Avant qu’une fraction de temps plus loin, elles s’évanouissent dans l’anonymat du nombre et de la masse.

Clément Denis, qu’en pensez ?

Dans « Anatomie de l’exode » Clément Denis se contraint à être constamment en mouvement, s’identifiant à cet individu qui ne peut jamais être au repos, emporté par sa condition d’errance. Cet individu se noie-t-il dans la foule ? Cette foule en est-elle bien une ou est-ce un agglomérat de fragments de corps mêlés ? Diluant sa gestualité dans cette masse collective, il nous propose un renouveau de la forme abstraite, remplie de figures : brefs instants d’une réalité, engloutis entre clair-obscur, entre lumière et ténèbres. Sous cette masse colorée où domine le bleu, l’âme humaine semble figée dans un cri.

 

Clément Denis
Anatomie de l’exode
LMS Gallery
Place du Châtelain 37
1050 Bruxelles
Jusqu’au 6 octobre 2018
Du jeudi au samedi de 11h à 19h
www.lmsgallery.be

 

Denis Clément
Clément Denis, LMS Gallery, Bruxelles, Anatomie de l’Exode?, 2018, (c) Clément Denis, courtesy LMS Gallery

 

Clément Denis
Clément Denis, Limbes V, vue de l’exposition, LMS Gallery, Anatomie de l’Exode, 2018, Bruxelles, (c) Clément Denis, courtesy LMS Gallery

 

Clément Denis
Clément Denis, L’Être Strombo, 2018, (c) Clément Denis, courtesy LMS Gallery, Anatomie de l’Exode, Bruxelles, 2018

 

Clément Denis
Clément Denis, Lesbos, 2017, (c) Clément Denis, courtesy LMS Gallery, Bruxelles, 2018

 

Clément Denis
Clément Denis, Radeau I, 2017, (c) Clément Denis, courtesy LMS Gallery, Anatomie de l’Exode, Bruxelles, 2018

 

Related Stories

Leave a Comment

Leave A Comment Your email address will not be published