Downtown Brussels Art : un centre ville arty qui s’affirme

Downtown Brussels Art : un centre ville arty qui s’affirme

Par la force d’un slogan qui défie le haut de la ville, ‘Look out, uptown! Here comes downtown!’, l’association Downtown Brussels Art affiche sa volonté de vous faire découvrir la scène arty de Bruxelles ville, guidé(e)s par Arkadia et Korei les 5 et 6 mai 2018.

Downtown Brussels, #downtownbrussels, en toutes lettres ou en hashtag. Dans les années 2000, ce nom désignait les hauts-lieux de la mode et du design bruxellois campés entre les rues des Chartreux, Antoine Dansaert et Léon Lepage. Depuis lors son périmètre s’est élargi au nord-ouest de l’axe central jusqu’à la zone canal qui compte dès maintenant un nouvel acteur de taille, la Fondation Kanal – Centre Pompidou.

Dans ces quartiers post industriels, parfois encore un peu edgy, là où de grandes ambitions immobilières se dessinent bouillonne une vraie vie artistique et culturelle. Ateliers, collectifs et résidences d’artistes ont été rejoints petit à par des centre d’art qui font la part belle aux arts contemporains, à l’art vidéo, à l’art digital et Post Internet. Cette offre riche et diverse s’est vue complétée par l’arrivé d’un ensemble de galeries Prime – comme on les appelle à Art Brussels

Downtown Brussels Art

Downtown Brussels Art est une initiative commune de plus de 20 organisations culturelles, galeries et musées du bas de la ville, qui ont décidé d’unir leur efforts afin de valoriser leur offre, et d’affirmer leur positionnement par rapport aux lieux d’art du haut de la vile, souvent plus connus et plus fréquentés.
En réalisant des promotions conjointes et en misant sur des vernissages, des expositions et des événements communs, Downtown Brussels Art veut attirer un public plus important et stimuler la scène artistique dans le bas de la ville.
Des guides des associations Arkadia et Korei seront là tout le week-end pour vous en faire découvrir les principaux acteurs.

Downtown Brussels Art, la sélection Boombartstic

La plateforme Artlead propose de découvrir une installation temporaire d’Aline Bouvy sur la Place Sainctelette, en face de Kanal – Centre Pompidou. « Un Monument Temporaire pour Bruxelles » se veut une réflexion contemporaine sur le concept historique de ‘monument’. Elle répond à la monumentale sculpture de Jacques Moeschal, ‘Signal from Zellik’, qui symbolisait une vision du monde urbain des années soixante et soixante-dix du siècle passé. Aujourd’hui, la ville étant d’avantage définie par ses habitants que par le béton et les voiture, le monument contemporain se doit de s’adapter en affichant son caractère temporaire et sa dynamique changeante. C’est ce qu’expriment les bannières en cours de ré imagination de l’artiste bruxelloise Aline Bouvy. Jusqu’au 14 juillet 2018.

Downtown Brussels Art, les galeries

Chez Alice Gallery, Disgracers, solo show du photographe belge Nicolas Karakatsanis . Des corps dissociés de leur environnement font l’expérience de la chute libre et du vide. Finissage le 06 mai 2018.

La Galerie Dauwens & Beernaert propose ‘Heavy Metal . Réunion de six artistes qui mettent à l’honneur et incorporent l’élément métallique dans leurs créations. Artistes : Stanislas Lahaut, Adam Vackar, Quinten Ingelaere, Marco De Sanctis, Karl Philips and Benjamin Sabatier. A voir jusqu’au 12 mai 2018.

La Dépendance Gallery ,solo show de Thilo Heinzmann , Wabel In My Walk.
De grands plans en mousse de polystyrène se retrouvent cinglés par les contre-plans tracés par des morceaux de verre coloré. S’opère alors une rencontre d’un travail de surface et de profondeur, moment où la peinture amorce son élan vers la sculpturalité. Jusqu’au 19 mai 2018.

A la Galerie Greta Meert, deux expositions solo : Jean-Luc Moulène, Condensés et dilutions et Carlos Caballero, Diario Deconstruido. A voir jusqu’au 29 juin 2018.
Les œuvres discrètes de Moulène ont tendance à se présenter comme la condensation tangible d’une forme essentielle de «non-compréhension». Une invitation à considérer ce qui pourrait facilement être écarté ou jugé banal. Accompagnée de cinq sculptures en bronze, une série de peintures abstraites traversées par une diagonale, générant bien des frontières, des jonctions et des disjonctions entre couleurs, textures, luminosité et matériaux.
Carlos Caballero propose dans les limites de ses toiles, un agencement de formes géométriques et autres symboles schématiques et illustratifs. Des moments plus picturaux viennent perturber le tempo original bien organisé de cette narration abstraite et moderniste presqu’indéchiffrable.

Office Baroque Gallery, Sascha Braunig, The Crease.
Dans les œuvres sur papier de l’artiste canadien Sascha Braunig, figuration et abstraction se confondent. Ses figures féminisées semblent figées dans un déploiement de gestes automatisés et mécaniques. Un imaginaire féminin de fragments composé. Une armure de femme assemblée à partir de ses vestiges épars. Jusqu’au 19 juin 2018.

Downtown Brussels Art, Espaces d’Artistes

Hypercorps, DAWENTI 大問題 ,Lisa Egio et Elliot Kervyn,
Située en plein centre de Bruxelles, cette résidence d’artistes héberge des projets collaboratifs, leur fournissant un cadre d’expérimentation et de dialogue axé sur la création in situ. A voir en ce moment Dawenti大問題.
Lors d’une résidence à Taipei en 2016, les artistes Lisa Egio et Elliot Kervyn ont acheté leur premier t-shirt qu’ils ont ensuite customisé. Retour à Taïwan cette année, avec l’envie d’en produire une série. Ce projet les mènera à transformer la galerie en magasin Pop Up. Une manière d’aborder avec humour les questions de la (re)production de masse et du (sur) consumérisme, placés ici dans le champ de la réflexion artistique. Jusqu’au 26 mai 2018.

Société est une plateforme d’exposition située dans l’ancienne usine de la Société Bruxelloise d’Électricité, construite dans les années 30 dans le quartier Tour et Taxi. Elle est initiée, dirigée et organisée par le couple d’artistes Manuel Abendroth et Els Vermang, du trio LAb [au]. L’exposition Earth & Sky étudie l’influence de la technologie sur la perception du paysage contemporain. Amorcé en sculpture dans les Sixties, le changement de perspective et le passage de l’horizontale à la verticale ont changé notre regard, notre point de vue et notre compréhension du monde. Bouleversement spatial mais aussi philosophique où les frontières se brouillent entre observation et supervision, champ du privé et celui du public, objectivité et subjectivité. La mobilité aérienne, les captures vidéo des drones, les caméras de surveillance, les visions satellite diffusent massivement des images à perspective verticale. Jusqu’alors réservée au domaine militaire, elle investit le champ de l’artistique. A voir jusqu’au 30 juin 2018.

Downtown Brussels Art, les Centres d’Art

Chez Argos, ‘Time can Tell’. Des films entrent en dialogue avec l’espace et le visiteur en l’invitant à ralentir et continuer à regarder. Une exposition collective avec des œuvres de Johan Grimonprez, David Claerbout, Vanessa Beecroft et Angel Vergara, et bien d’autres jeunes talents belges.

IMAL a délocalisé son exposition LAYERS# dans la salle des Machines de la Raffinerie / Charleroi /Danse à Molenbeek, le temps d’une rénovation de ses propres espaces. Ce show collectif réunit des œuvres de 15 artistes contemporains italiens qui intègrent dans leur démarche les bouleversements apportés par le numérique. La démocratisation actuelle de la production d’images et de leur distribution est source de nouveaux défis pour le monde de l’art. Comment les artistes abordent-ils les transformations sociales et culturelles consécutives à l’apparition du web? Avec les artistes : Marco Cadioli, Alessandro Capozzo, Pier Giorgio De Pinto, Luca Grillo, IOCOSE, Kamilia Kard, Eva & Franco Mattes, Marco Mendeni, Martina Menegon, Filippo Minelli, Simone Monsi, Alice Palamenghi, Guido Segni, Emilio Vavarella, Carlo Zanni.
A voir jusqu’au 26 mai 2018. J’aurai l’occasion de vous en reparler sur Boombartstic.

La Centrale for Contemporary Art accueille encore jusqu’au 27 mai 2018, Private Choices, une exposition qui révèle l’Art Contemporain à travers les portraits, les choix et les collections de 11 grands collectionneurs belges.
Dans le même temps, la Collection Frédéric De Goldschmidt présente ‘Not Really Really’, une diversité d’œuvres créées à partir d’objets fonctionnels et de matériaux qui ont été dépouillés de leur utilité pour proposer des réalités alternatives. Jusqu’au 25 juin 2018.

 

Downtown Brussels Art
Look out, uptown! Here comes downtown!
5 et 6 mai 2018
Réservation obligatoire
www.downtownbrussels.art

 

Downtown Brussels Art
Downtown Brussels Art, week-end mai 2018, visuel, (c) Downtownbrussels.art

 

Downtown Brussels Art
Aline Bouvy, Slender Thrills, a Temporary Monument for Brussels, 2017, courtesy Artlead Space, Downtown Brussels Art, mai 2018

 

Downtown Brussels Art
Nicolas Karakatsanis, solo show Disgracers, courtesy Alice Gallery, Downtown Brussels Art, mai 2018

 

Downtown Brussels Art
Lisa Egio et Elliot Kervyn, The Perfect Crisp Shop, 2017, show collaboratif Dawenti 大問題, courtesy Hypercorps, Downtown Brussels Art, mai 2018

 

Downtown Brussels Art
Thilo Heinzmann , solo show Wabel In My Walk, courtesy Dependance Gallery, Downtown Brussels Art, mai 2018

 

Downtown Brussels Art
Carlos Caballero, solo show Diario deconstruido, courtesy Galerie Greta Meert, Downtown Brussels Art, mai 2018

 

Downtown Brussels Art
Sacha Braunig, solo show The Crease, courtesy Office Baroque Gallery, Downtown Brussels Art, mai 2018

 

Downtown Brussels Art
IOCOSE, Drone Memorial, 2016, exposition collective #LAYERS, IMAL, 2018, (c) IOCOSE, (c) photo Matteo Cattaruzzi, Downtown Brussels Art, mai 2018

 

Downtown Brussels Art
Benjamin Sabatier, exposition collective Heavy Metal, Galerie Dauwens & Beernaert, Downtown Brussels Art, mai 2018

Related Stories

Leave a Comment

Leave A Comment Your email address will not be published