Fabulous Failures, l’esthétique de nos tentatives

Fabulous Failures, l’esthétique de nos tentatives

Et si l’erreur avait sa propre esthétique ? C’est en tout cas le fil rouge de l’exposition photographique Fabulous Failures, à voir au Botanique jusqu’au 20 août 2017. Une sélection de 15 artistes nationaux et internationaux sous le commissariat d’Eric Kessels.

Un paon – container bâché de bleu entouré de cônes oranges face à une porte en trompe-l’œil qui s’effeuille de ses représentations. Ne chercher pas l’erreur ; elle est devant vous, dans une exposition qui rend justice à la beauté de nos actes artistiques manqués, devenus fabuleux. Présentée en 2016 aux Rencontres Photographiques d’Arles, cette exposition de photographies a été adaptée pour trouver son ancrage local grâce à la présence de photographes belges.

Réalité retouchée

Les années 2000 sont dominées par la Culture Photoshop, la recherche d’une perfection qui frise la réinvention voire la fiction. Une image sans cesse brimée, contrôlée, bridée : tout doit être parfait. Rechercher l’erreur ou la photo ratée semble une gageure tant le moindre clic sur appareil digital se voit impitoyablement scruté, filtré, gommé, corrigé, amélioré, décontextualisé ou carrément supprimé.
Dès lors, la question demeure : une photo ratée est-elle encore possible de nos jours ?

N’y aurait-il pourtant rien à découvrir en expérimentant, en se trompant ou en se jouant de ses erreurs. Loin du risque de conformisme ambiant, 15 artistes nationaux et internationaux ont fait le pari de révéler la beauté latente de ces échecs, bizarreries et incongruités du quotidien. Et vous verrez d’ailleurs à quel point le hasard fait parfois bien les choses.

Esthétique alternative du désaccord

Pures coïncidences, les captures de Matthias Stuart nous invitent à l’observation de l’imprévisible et de l’improbable, deux situations inattendues qui, ici réunies, envisagent le clin d’œil optimiste et le cocasse.

Sarah Carlier, elle, aime à trouver l’extraordinaire dans des scènes du quotidien, comme quand elle filme les répétitions d’une fanfare confinée dans un local trop exigu.

Le collectif d’artistes gantois Leo Gabin évoque la ‘nouvelle narration’, celle des Youtubeuses qui diffusent sur la toile leurs tutoriels et leurs perceptions obsessionnelles d’une beauté parfaite, souvent caricaturale.

Les photos argentiques involontaires de Dries Segers se développent ‘quand même’ en tableaux abstraits qui se racontent matériellement. Moments de grâce qui s’apprivoisent au croisement de la lumière, de l’espace et du temps.

D’autres artistes s’emploient à utiliser les imperfections des autres, répertoriées, classées, inventarisées.

Aux grands problèmes, la singularité souvent kitsch, voire exaspérante des petites solutions ‘à la belge’, recensées par David Helbich dans ses Belgian Solutions. Témoignage souriant et souvent décapant d’une vision court-terme.

Chez Barry van der Rijt, les bugs informatiques et erreurs de codec lors de la lecture de vidéos numériques se retrouvent catégorisés tels des troubles psychiques. Nos actes involontaires seraient-ils déviances ?

Mondes recomposés

Ken Rogowski recompose des paysages et des êtres biologiques s’appropriant ainsi les gabarits standardisés des constructeurs de puzzles pour nous délivrer des réalités alternatives où cohabitent d’étranges éléments n’ayant jamais dû se rencontrer.
Extension contorsionnée vers un nouveau réel chez Paul Bogaers ; comme cette union entre le voile d’une mariée et d’une chute d’eau.
Design aux règles transcendées. Le collectif PutPut opère de légères modifications à des objets domestiques révélant ainsi des versions inédites et réinterprétations littérales, presqu’enfantines.
Les chats et les chiens de Ruth van Beek se plient et se replient sur eux-mêmes et révèlent des créatures fantastiques en lévitation dans un cadre de vide qui les dépasse.

Qu’en penser ?

Fabulous Failures présente à la fois des artistes confirmés et d’autres émergents. Cette exposition signe aussi un retour vers une photographie argentique qui donne à ses échecs une certaine poésie. Là où chimie et art fait de hasard se retrouvent mêlés, ces errances, ces expérimentations deviennent porteuses d’un nouveau sens et le terrain de jeu d’une image possible qui lorgne sur d’autres disciplines comme la performance, l’installation et la vidéo.

Ainsi réunies, elles tendent, aux travers vers une certaine picturalité contemporaine.

Cette exposition est aussi une invitation, à ne prendre au sérieux que les chemins de traverses et de déviances qui nous permettent de ne pas l’être. Elle est un voyage dans les sens cachés et interdits.
Changer de regard, prêter l’attention à ce qui s’avance masqué. Au-delà d’une perfection bien incomplète, des mondes étranges et poétiques se tissent et se déploient, fabuleux de leurs erreurs.

 

Fabulous Failures
Le Botanique
Rue Royale 236
1210 Bruxelles
Jusqu’au 20 août 2017
Du mercredi au dimanche de 12h à 20h
www.botanique.be

 

Fabulous Failures
Matt Stuart- Newbondstreet, (c) Matt Stuart, courtesy the artist

 

Fabulous Failures
André Thijssen, Fringe Phenomena, série, Namibia, (c) André Thijssen, courtesy the artist

 

Fabulous Failures
Annegien van Doorn, In Passing, série, 2015, (c) Annegien van Doorn, courtesy the artist

 

Fabulous Failures
Paul Bogaers, The Clandestine Marriage, 2013, (c) Paul Bogaers, courtesy the artist

 

Fabulous Failures
Kent Rogowsk, Love = Love, série, 2006, (c) Kent Rogowski, courtesy the artist

 

Fabulous Failures
PUTPUT, Fitting, série, 2014, (c) PUTPUT, courtesy the artists

 

Fabulous Failures
Sarah Carlier, The Play, vidéo, 2008, (c) Sarah Carlier, courtesy the artist

 

Leo Gabin, Hair Long, vidéo, 2013, (c) Leo Gabin, courtesy the artist

 

Fabulous Failures
Dries Segers, Undecided Photograph 5, 2014, (c) Dries Segers, courtesy the artist

 

Fabulous Failures
Ruth van Beek, The Leviators, série, 2012-2013, (c) Ruth van Beek, courtesy Ravestijn Gallery, Amsterdam

 

Fabulous Failures
David Helbich, Belgian Solutions, (c) David Helbich, courtesy the artist

 

Fabulous Failures
Barry van der Rijt, Exquisite Errors, série,2015, détail, (c) Barry van der Rijt, courtesy the artist

 

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Related Stories

Leave a Comment

Leave A Comment Your email address will not be published