Jorge Queiroz, les abstractions symbolistes

La Galerie Nathalie Obadia de Bruxelles présente la deuxième exposition personnelle de l’artiste portugais Jorge Queiroz, The Mummy, the Astronaut and other Works, jusqu’au 28 octobre 2017.

The Mummy, the Astronaut and other Works

Avec sa nouvelle exposition à la Galerie Nathalie Obadia de Bruxelles, Jorge Queiroz présente une vingtaine d’œuvres inédites. De l’ensemble se dégage un plaisir de peindre manifeste et communicatif. Ce deuxième solo show de l’artiste – qui répond au titre énigmatique de The Mummy, the Astronaut and other Works – consiste en un ensemble de peintures à l’huile sur toile ou sur papier, souvent de grands formats. De non moins énigmatiques paysages abstraits, presque surréels, s’y déploient et de multiples éléments figuratifs minuscules et incomplets semblent les peupler. Et partout, ces couleurs vives, pleines ou diluées, riches de lumière et de vitalité.

Une esthétique

Ce qui transparaît immédiatement dans le travail de Jorge Queiroz, c’est qu’il repose sur une connaissance indéniable de l’histoire de l’art et sur une expression esthétique dans la plus pure tradition picturale classique. Il signe aussi un retour au paysage dans la lignée des grands du XXème, bien que résolument contemporain. Cet univers organique, minéral, végétal et animal où plane le mystère ouvre les portes vers un Symbolisme nouveau.

Un style

Non descriptif, souvent évocatif par aplats de couleurs, le style de Jorge Queiroz semble s’abstraire de toute perspective, la troisième dimension se retrouve ramenée dans le bidimensionnel. Parfois des médianes, des horizontales linéaires ou ondulantes, basses, très basses, comme pour nous rapprocher du lointain.

Jorge Queiroz ne laisse aucune place au vide, remplissant la toile sans réserve dans une impression de all-over, sa peinture, matérielle, s’exprime dans de vastes écoulements et une profusion de détails. Elle esquisse parfois des falaises transpercées au travers desquelles la figure humaine paraît, discrète et furtive. Elle semble rassurante, perdue dans cet univers de vastes terres, de failles profondes, de sources cachées, de lacs intérieurs, de végétation luxuriante et d’îles flottantes. Une mère nature accueillante presque fantasmée. Des paysages mystiques comme ceux de Markus Lupertz, Per Kirkeby, Albert Oehlen, Georgia O’Keeffer, Peter Doig ou David Hockney.

Jorge Queiroz

Né à Lisbonne en 1966, ce dessinateur et peintre portugais, est diplômé d’un Master of Fine Arts à la School of Visual Arts de New-York. En 2004, il complète ce solide bagage académique par une résidence à la Künstlerhaus Bethanien de Berlin.

Jorge Queiroz est reconnu comme l’un des artistes les plus importants de sa génération, s’inscrivant dans une tradition picturale classique héritée des maîtres de l’art médiéval et de la Renaissance, et œuvrant au renouveau de la peinture contemporaine, dans la lignée des grands peintres du XXème siècle.

Depuis la fin des années 1990, il bénéficie de nombreuses expositions dans de prestigieuses institutions internationales. En 2017, ses œuvres sont exposées au Centre Pompidou, à Paris, à l’occasion du Dixième anniversaire du Prix de dessin contemporain de la Fondation Daniel et Florence Guerlain, à la Biennale de dessin au Drawing Room à Londres et au Musée National d’Art Contemporain du Chiado à Lisbonne.

Les œuvres de Jorge Queiroz sont également présentes dans de nombreuses collections privées et publiques de renommée internationale, telles qu’aux États-Unis – le MOMA  à New-York et le SF MOMA à San Francisco – , en France – la Collection Guerlain, le Centre Pompidou, le Fond National d’Art Contemporain (FNAC) et le Carré d’Art, Musée d’Art Contemporain à Nîmes – au Portugal – la Fundação Calouste Gulbenkian à Lisbonne, le Museu de Serralves à Porto, le Musée d’art contemporain de Funchal à Madère, et la Banco de Portugal.

 

« Chaque tableau contient une multiplicité de scènes qui se rattachent toutes à un moment, ou à une portion d’espace. La difficulté est de pouvoir trouver le lien qui organise, qui donne un plan de consistance à tous ces éléments hétérogènes. C’est pourquoi celui qui regarde mes œuvres doit être prêt à le faire de façon active », Jorge Queiroz

 Qu’en penser?

Il y a dans la peinture de Jorge Queiroz comme une envie irrésistible de d’arrêter, de s’y plonger, de s’y perdre. Le temps nécessaire de l’observation, de l’absorption à moins que çà ne soit ses toiles qui nous regardent et nous absorbent. Les chemins pour les appréhender sont multiples tant les esthétiques sont diverses. Elles possèdent les réminiscences de la peinture ancienne des Primitifs Flamands. D’autres y verront des références surréalistes, des paysages fossilisés à la Ernst, les grandes étendues dépouillées d’un Tanguy jusqu’aux abstractions d’un Miro. Il s’en dégage une poésie mystérieuse qui invite à la mélancolie, doublée d’une audace chromatique qui témoigne d’un rapport dionysiaque et généreux à la peinture.

En passant d’une toile à une autre, une trame narrative énigmatique se construit. La contemplation cède la place à l’itinérance entre tableaux, matières, surfaces, profondeurs et couleurs ; cet endroit où tout coup d’œil jeté semble ricocher pour nous amener un peu plus loin, dans le ressac esthétique d’un paysage qui tangue entre réel et surnaturel, temporel et spirituel. La peinture de Jorge Queiroz cultive ce sens du mystère. Une essence abstraite habillée de symbolisme.

 

Jorge Queiroz
The Mummy, the Astronaut and other Works
Galerie Nathalie Obadia – Bruxelles
Rue Charles Decoster 8
1050 Bruxelles
Jusqu’au 28 octobre 2017
Du mardi au vendredi de 10h à 18h
Le samedi de 12h à 18h
www.nathalieobadia.com

 

Jorge Queiroz
Jorge Queiroz, Untitled, 2017, courtesy Jorge Queiroz et Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles, (c) photo Daniel Malhao

 

Jorge Queiroz
Jorge Queiroz, Untitled, 2017, œuvre sur papier, courtesy Jorge Queiroz et Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles, (c) photo Daniel Malhao

 

Jorge Queiroz
Jorge Queiroz, Different Trains, 2016, courtesy Jorge Queiroz et Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles, (c) photo Daniel Malhao

 

Jorge Queiroz
Jorge Queiroz, O caso dos Prazeres, 2015-2017, courtesy Jorge Queiroz et Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles, (c) photo Daniel Malhao

 

Jorge Queiroz
Jorge Queiroz, Untitled, 2016, courtesy Jorge Queiroz et Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles, (c) photo Daniel Malhao

 

Jorge Queiroz
Jorge Queiroz, Different Trains, 2016, courtesy Jorge Queiroz et Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles, (c) photo Daniel Malhao

 

Jorge Queiroz
Jorge Queiroz, Dispositions and Occurrences, 2017, courtesy Jorge Queiroz et Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles, (c) photo Daniel Malhao

 

Jorge Queiroz
Jorge Queiroz, Untitled, 2017, courtesy Jorge Queiroz et Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles, (c) photo Daniel Malhao

 

Jorge Queiroz
Jorge Queiroz à la Galerie Nathalie Obadia, vue générale, 2017, courtesy Jorge Queiroz et Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles, (c) photo Daniel Malhao

 

 

Related Stories

Leave a Comment

Leave A Comment Your email address will not be published