Lu Chao, l’entre Bleu – Noir

Lu Chao continue son exploration du noir ivoire avec ‘Black Fruit’, fruit aux multiples saveurs qu’il nous faut cueillir à l’occasion de cette nouvelle exposition à la Galerie Nathalie Obadia de Bruxelles jusqu’au 06 mars 2021.

Lu Chao, Black Fruit

Black Fruit est la 7ième exposition personnelle déclinée autour de la couleur noire de l’artiste chinois Lu Chao, après Black Forest (2013), Black Mirror (2015), Black Light (2016), Black Box (2017), Black Silence (2017) et Black Dots (2019).

Une couleur inquiétante, ténébreuse parfois, changeante et vibrante souvent, qui se cueille et se savoure, sur des toiles où plane un omniprésent mystère.
Ce nouvel opus ’Black Fruit’, réunit une série de seize compositions, huiles sur toiles récentes, chacune représentant des foules, des visages suspendus comme des fruits aux branches d’arbres, des figurines humaines compactées en portions de gâteaux, d’autres isolées dans leur bulle plastique transparente comme des particules chimiques, ou parcourant des lignes élastiques tels des funambules. Un univers figuratif qui se joue des échelles et se déploie telle une image de l’étrange proche du fantastique.

Lu Chao, un style pictural bien personnel

Le langage pictural de Lu Chao est excessivement précis, dessiné et emprunte à la délicatesse d’œuvres exécutées sur papier ou sur soie.
Une signature facilement reconnaissable également, tant l’artiste est connu pour ses peintures à l’huile grand-format, décrivant des groupements miniatures de personnes placées dans des environnements aussi étonnants qu’irréels. Sa peinture revisite partout, l’idée de ‘groupe social’, d’assemblées, de files, de foules. Des individus microscopiques, hésitations existentielles entre désir d’individualité et insignifiance, perdus dans leur relation à l’étendue de l’univers, à l’inconnu ou au vide dans sa compréhension zen ; ce que nous ne pouvons pas voir.

Lu Chao, la couleur noire

Son utilisation de la peinture noire-ivoire trouve ses racines dans la tradition des paysages de la peinture historique chinoise sous les Dynasties Song et Yuan. Jeu chromatique alternatif à la lumière, la couleur noire et sa palette de teintes et de nuances étaient considérées alors comme des ‘couleurs’.
Dans l’exposition, néanmoins, trois tableaux osent la couleur ; un bleu Van Gogh, dilué, apaisé de ses turpitudes. Un bleu ciel marial, Renaissance, vaporeux, évanescent, comme un éveil à la beauté du monde.

Lu Chao, tableaux d’un exposition

Au centre de l’exposition, la magistrale toile Energy N°4, combinaison des codes de la peinture à l’encre chinoise traditionnelle et de sa propre pratique personnelle du jeu d’échelles. Sur un fond ombrageux, un bonzaï géant occupe l’avant plan, éclipsant un ensemble d’humains qui fourmille à ses pieds. Posée à ses côtés, une énorme sphère ovoïdale noire ébène repose sur le sol. Les volumes futuristes d’une pyramide et d’un octaèdre complètent ce paysage. Composition inspirée du Taoïsme, de sa croyance dans les forces de la nature. Et cette énergie noire insidieuse qui nous anime parfois, dont cette boule noire semble être la métaphore.

Plus loin, le tableau ‘Black Fruit’ – qui prête son titre à l’exposition diffère de la composition précédente par ses accents ‘bleu azuré’ qui soulignent les détails figuratifs des branches d’un arbre qui ploie sous le poids d’une multitude de visages humains dépouillés de leur corps, suspendus comme des fruits.

Extraordinaire, Cabinet N°3, vitrine de pâtisserie et son ensemble de foules compactes, regroupés en parts de gâteaux homogènes, disposées sur plateaux et sur guéridons-présentoirs ou privés d’air sous leur cloche de verre. Curieux et délicieux mélange de l’imagerie gastronomique et celle socio-démographique des statistiques.

Face à face énergétique, la presque blanche Babel – allusion directe à la célèbre tour éponyme du peintre flamand de la Renaissance, Pieter Breughel l’Ancien – sertie de sa ligne humaine ascendante, à laquelle semble répondre en miroir la turbulence descendante de la tornade ‘Circulation 2’. Moment de respiration entre élévation et aspiration.

Dans sa série des Funambules, des mains qui apparaissent sortir du cosmos, se prêtent au jeu des élastiques, traçant dans l’espace des lignes, des trajectoires qui se croisent, se mêlent, se tendent, se relâchent et se séparent et sur lesquelles se tiennent debout, marchent, sautent, courent, cherchent leur équilibre de mini-figurines à peine plus haute qu’un trait. Et les vagues de la mer, dans leur flux et reflux ont tôt fait de recueillir et d’engloutir ceux qui tombent.

Par son recours subtil à la couleur noire, sa signification énigmatique de la vie humaine, à la confluence des mondes culturels chinois et occidentaux ; la peinture de Lu Chao résulte de l’expression du complexe, de la densité, qui mélange questions philosophiques et socioculturelles.

Et pendant ce temps-là, la sphère noire, l’étoile noire, fruit d’ébène, se tient là, pulsation de vie qui tient au creux d’une main sur des paysages, rêves éveillés, de l’entre Bleu-Noir.

Lu Chao, la BIO expresse

L’artiste Lu Chao est né en 1988, à Shenyang, Province de Liaoning, en Chine
Il a étudié la peinture à l’huile à l’Académie centrale des beaux-arts de Pékin jusqu’en 2012.
Depuis sept ans, l’artiste partage son temps entre Londres et Pékin.
Il a ensuite a poursuivi ses études au département de peinture du Royal College of Art de Londres, où il a obtenu son diplôme en 2014 et remporté le prix du Painter-Stainers Goron Luton.

Lu Chao
Black Fruit
Galerie Nathalie Obadia
Rue Charles Decoster 8
1050 Bruxelles
Jusqu’au 06 mars 2021
Du mardi au samedi, de 1oh à 18h
https://nathalieobadia.com/

 

Lu Chao
Lu Chao, Creator N°1, 2020, huile sur toile, exposition Black Fruit, Galerie Nathalie Obadia, Bruxelles, 2021, courtesy the artist & Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles, (c) photo Tom Medwell, Boombartstic Art Magazine

 

Lu Chao
Lu Chao, Cabinet N°3, huile sur toile, 2020, exposition Black Fruit, Galerie Nathalie Obadia, Bruxelles, 2021, courtesy the artist & Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles, (c) photo Tom Medwell, Boombartstic Art Magazine

 

Lu Chao
Lu Chao, Creator N°1, 2020, huile sur toile, exposition Black Fruit, Galerie Nathalie Obadia, Bruxelles, 2021, courtesy the artist & Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles, (c) photo Tom Medwell, Boombartstic Art Magazine

 

Lu Chao
Lu Chao, Black Fruit, huile sur toile, 2020, exposition Black Fruit, Galerie Nathalie Obadia, Bruxelles, 2021, courtesy the artist & Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles, (c) photo Tom Medwell, Boombartstic art Magazine

 

Lu Chao
Lu Chao, Babel, huile sur toile, 2020, exposition Black Fruit, Galerie Nathalie Obadia, Bruxelles, 2021, courtesy the artist & Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles, (c) photo Tom Medwell, Boombartstic Art Magazine

 

Lu Chao
Lu Chao, Funambulist N°11, huile sur toile, exposition Black Fruit, Galerie Nathalie Obadia, Bruxelles, 2021, courtesy the artist & Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles, (c) photo Tom Medwell, Boombartstic Art Magazine

 

Lu Chao
Lu Chao, Staring N°2, huile sur toile, 2020, exposition Black Fruit, Galerie Nathalie Obadia, Bruxelles, 2021, courtesy the artist & Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles, (c) photo Tom Medwell, Boombartstic Art Magazine

Ces articles peuvent vous intéresser

Leave a Comment

Leave A Comment Your email address will not be published