Peter Depelchin, le Dieu Pan offert aux quatre vents

Peter Depelchin, le Dieu Pan offert aux quatre vents

Virtuose, délicat, allégorique, interculturel, et imprégné de la grande histoire de l’art et de l’architecture, le dessin hors norme de l’artiste belge Peter Depelchin convoque le sulfureux Dieu Pan, le temps d’une exposition à la Husk Gallery, jusqu’au 27 février 2021.

Si la reprise des expositions en galeries s’est faite attendre, certaines se retrouvant décalées sur ce début d’année 2021, de belles propositions viennent rehausser notre moral et rallumer notre désir de voir de l’art. Et c’est particulièrement le cas de l’exposition proposée par Ingrid van Hecke, galeriste à la Husk Gallery, dans le building Rivoli. Si j’avais déjà particulièrement apprécié le récent solo d’Ulrike Bolenz  – notamment pour l’excellence de son dessin – la présence des œuvres du jeune artiste belge Peter Depelchin aux cimaises de la galerie ne peut être qu’appréciée, et ce pour la même raison : une maîtrise technique dans l’exécution, la magnification et magnificence précise du détail qui n’est pas sans rappeler celle des enluminures médiévales. Un choix de qualité qui conforte la position de la Husk Gallery et vous invite à y revenir.

Peter Depelchin, 1ère exposition à la Husk Gallery

Sont présentés, des dessins, la plupart réalisés sous confinement : une proposition déclinée autour de la figure singulière du dieu Pan et de son mythe. Ce dieu Pan, divinité tellurique et pourtant mineure, mortel, petit de taille, cornu aux pattes de bouc, maître de la flute, des prophéties, dionysiaque, excellent chasseur mais séducteur lubrique éconduit, celui qui veille sur les bergers, les troupeaux et les ruches, celui qui se réveille ici d’un long sommeil.

D’emblée, le regard est happé par ce dessin magistral et, immense de ses 350x245cm, étalé sur le mur d’entrée de la galerie. Composition structurée de sept bandes juxtaposées, déroulées comme le seraient des rouleaux de parchemins. Véritable fresque narrative, œuvre –phare de l’exposition, qui se décrypte, se parcourt, se lit, plus qu’elle ne se voit, comme une langue ancienne qui mêlerait figuratifs humain, végétal et architectural.

Peter Depelchin, The Great God Pan

The Great God Pan est son titre.
S’il est également celui d’une nouvelle fantastique publiée par Arthur Machen de 1894, il semblerait qu’il faille plus trouver l’origine de ce dessin dans la rencontre esthétique de Peter Depelchin, avec ‘Inferno’, monumentale fresque de Giovanni da Modena, dans la Basilique de Saint-Pétrone de Bologne. En témoignent les trois petites études préparatoires accrochées au mur opposé. Lente reconstruction maturation de six années qui ont vu l’œuvre de Depelchin se libérer de toute volonté de moralisation présente dans la fresque italienne, pour nous livrer une version toute personnelle et libre d’un enfer contemporain. L’inscription ‘no social distancing’ semble là pour nous le rappeler.

Se donner le temps de l’approcher, de le regarder, c’est se plonger dans le brassage et le métissage des références, exhumées dans une multitude de détails. On frise parfois le vertige.

Au centre de la composition, statique, regard fixe, posé sur le dallage simple, comme prisonnier d’une pièce aux murs richement décorés, le Dieu pan semble avoir abandonné toute liesse pour apparaître sous les traits d’un homme nu et vieux qui a troqué son encornure de diablotin facétieux pour un casque aux cornes de vache. Mais quel est donc cet homme qui d’une main tient un anneau, de l’autre, une plume ?

L’abondance et le foisonnement des références mythologiques, picturales, esthétiques irradient autour de lui sans pour autant en perturber la quiétude, chaque élément ayant sa propre place, sa zone d’expression. Une narration qui respecte la loi du cadre, tant tout semble organisé. Un monde mosaïque de carrelages persans, peuplé de créatures chimériques et autres animaux. Un monde de symboles, d’exubérance végétale, de fluide érotique qui n’est pas sans rappeler Bosch.
Une orchestration architectonique qui fusionne la perspective à point central d’Alberti, l’horizontale haut-placée des Primitifs Flamands et des Surréalistes avec l’énergie typiquement baroque de grandes diagonales mouvementées ; fleuves tourmentés peuplés de corps, engloutis dans la tumultueuse bacchanale des damnés.

Peter Depelchin, animateur de mondes

Loin du bruit, un peu plus loin, fragiles, tracés à la plume sur papier de soie ; une délicate ‘Columbina’ et un explicite ‘The Faun and the Deer’ – ‘Le Faune et le Cerf’ distinguent clairement l’excellence et la délicatesse du dessin de Peter Depelchin.
Et si le dieu Pan n’habite pas le dessin qui porte son nom, vous ne le trouverez d’avantage dans les temples qui lui sont dédiés à l’étage de la galerie. Simples constructions closes à l’esthétique persane, boîtes tridimensionnelles vides, réminiscences spatiales du gothique du nord ou du Duecento italien, offertes aux quatre vents.
Seul au rez-de-chaussée, cet homme au casque à cornes, un trou noir comme nombril, cerbère de l’entre deux-mondes, là où tout se crée et tout disparaît.

 

Peter Depelchin
The Great God Pan
Galerie Husk
Espace Rivoli
Chaussée de Waterloo 690
1180 Bruxelles
jusqu’au 27 février 2021
du jeudi au samedi de 13 à 18h ou sur rendez-vous
www.huskgallery.com

 

Peter Depelchin
Peter Depelchin, The Great God Pan, dessin, 2020, sanguine et crayon sur papier CIAT, 350 x 245 cm, exposition The Great God Pan, Husk Gallery, 2021, (c) Peter Depelchin, (c) photo courtesy the gallery, Boombartstic Art Magazine

 

Peter Depelchin
Peter Depelchin, The Great God Pan, détail, exposition The Great God Pan, Husk Gallery, 2021, (c) Peter Depelchin, (c) courtesy the gallery, Boombartstic Art Magazine

 

Peter Depelchin
Peter Depelchin, étude pour ‘Inferno’, sanguine et crayon sur papier, 2014, exposition The Great God Pan, Husk Gallery, 2014, (c) Peter Depelchin, (c) photo Eric Mabille – Boombartstic Art Magazine

 

Peter Depelchin
Peter Depelchin, Columbina, 2020, exposition The Great God Pan, Husk Gallery, 2021, (c) Peter Depelchin, (c) photo courtesy the gallery, Boombartstic Art Magazine

 

Peter Depelchin
Peter Depelchin, The Faun and the Deer, 2019, exposition The Great God Pan, Husk Gallery, 2021, (c) Peter Depelchin, (c) photo courtesy the gallery, Boombartstic Art Magazine

 

Peter Depelchin
Peter Depelchin, Temple de Pan II, exposition The Great God Pan, Husk Gallery, 2021, (c) Peter Depelchin, (c) photo Eric Mabille – Boombartstic Art Magazine

 

Peter Depelchin
Peter Depelchin, Notos, 2020, exposition The Great God Pan, Husk Gallery, 2021, (c) Peter Depelchin, (c) photo Eric Mabille – Boombartstic Art Magazine

 

 

 

Ces articles peuvent vous intéresser

Leave a Comment

Leave A Comment Your email address will not be published